Icon

La lumière de la Zélande

La côte découverte

La côte zélandaise est une source de divertissement, de santé et d'inspiration. Et ce n'est pas seulement vrai aujourd'hui. La mer, la plage et les dunes exercent une forte attraction depuis des siècles.

Vers l’extérieur

Les citadins aisés construisirent de superbes propriétés de campagne à partir du XVIIe siècle, notamment sur Walcheren et Schouwen. L’intérêt pour les jardins est étroitement lié à ce phénomène. De nombreux (jardins de) domaines ont finalement été convertis en terres agricoles, mais au cours du XIXe siècle, de nouveaux domaines apparurent dans le Manteling entre Domburg et Oostkapelle.

Vers la côte

À l’instar des villes de la côte anglaise, française et belge, Domburg devint une station balnéaire réputée au XIXe siècle. La noblesse européenne et les hauts citoyens emménagèrent dans des villas dans le village côtier. Ils furent attirés par les effets curatifs de l’eau de mer et la présence du médecin Joh. G. Mezger, qui s’était rendu célèbre par ses massages. Des entrepreneurs louèrent des maillots de bain et des chaises de plage en osier, tandis que des villageois commencèrent à louer des chambres.

Le pavillon du bord de mer à Domburg (Banque d'images Province de la Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Eddy Westveer).

Le pavillon du bord de mer à Domburg (Banque d’images Province de la Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Eddy Westveer).

Colonie d’artistes

Les artistes suivirent les traces de l’élite fortunée. Jan Toorop était un habitué de l’été depuis 1898. De nombreux autres artistes ont suivi, dont Piet Mondrian, Jacoba van Heemskerck et son amie Marie Tak van Poortvliet. Le public fortuné qui se rendait à Domburg constituait un excellent public d’acheteurs d’art. Les expositions d’été étaient organisées dans un pavillon en bois au pied des dunes de Domburg. Cette dernière a acquis le caractère d’une colonie d’artistes.

Les artistes appréciaient la Zélande pour son paysage côtier avec ses dunes, ses terres agricoles tranquilles avec ses habitants en costume traditionnel et ses villes historiques. Ces motifs s’inscrivent dans les mouvements artistiques en vogue à l’époque. La « lumière de Zélande », un phénomène attribué aux cristaux de sel de l’eau qui se retrouvent dans l’air, est devenue un concept. Après la mort de Toorop en 1926, l’apogée de la colonie de peintres de Domburg était terminée, mais la Zélande restait à jamais gravée dans le cœur des artistes.

Veere

L’écrivain Nescio découvrit Veere au début du vingtième siècle et s’inspira de son séjour pour écrire « De Uitvreter » (le Pique-assiette). Dans la Grote Kerk de la ville, vous pouvez suivre les traces de l’écrivain et commencer à écrire à son bureau. Entre les deux guerres mondiales, Veere connut également connu une période de prospérité en tant que colonie d’artistes. Des expositions étaient régulièrement organisées. Veere avait son propre charme, notamment parce qu’elle faisait office de port de pêche, et de nombreux artistes s’y sont installés de manière permanente.

Observer l’art aujourd’hui

Si vous voulez goûter à l’ambiance des colonies d’artistes, une visite au musée Marie Tak van Poortvliet s’impose. Le musée organise régulièrement des expositions d’art dans une réplique du pavillon qui se trouvait à Domburg à l’époque de Toorop. Des peintures de l’époque des colonies d’artistes sont également visibles au Zeeuws Museum et au musée de Veere. Vous pouvez encore voir les sujets qui ont été peints à l’époque. L’inspiration de l’œuvre de Mondriaan est facile à trouver : le phare de Westkapelle, le moulin à vent de Domburg et les arbres particuliers du Manteling sont toujours là. À propos, saviez-vous que la Zélande a toujours des colonies d’artistes ? Kats et Graauw sont généralement connus comme des villages d’artistes et il existe des itinéraires artistiques dans de nombreux endroits, parfois sur une base mensuelle (l’itinéraire artistique et culturel de Middelburg) et parfois pendant la saison touristique (Kunstspoor sur le Beveland septentrional).

La circulation d’étrangers

Domburg a été la première attraction touristique, mais cela ne s’arrêta pas là. La Zélande s’est ouverte grâce aux chemins de fer et aux tramways et à une liaison par bateau avec l’Angleterre. Vlissingen semblait également sur le point de devenir une station balnéaire, mais elle a vu son compte tomber à l’eau lorsque la ville fut lourdement endommagée lors de la libération en 1944. Renesse, Burgh-Haamstede, Zoutelande, Cadzand et Breskens se sont également développées en stations balnéaires.

Les loisirs et la nature

Dans la seconde moitié du XXe siècle, l’augmentation du temps de loisirs, du pouvoir d’achat et de la mobilité a fait que le tourisme prit des proportions plus massives. L’hébergement se développa, d’abord avec de simples petites maisons de vacances, les campings devinrent également progressivement plus luxueux. Des attractions de jour ont été ajoutées, comme la Walcheren miniature, créée en 1954 en tant qu’exposition temporaire sur le Molenwater à Middelburg. Aujourd’hui, vous pouvez trouver les maisons miniatures à Mini Mundi Middelburg. La construction des Travaux du plan Delta a créé de nouvelles zones de loisirs, comme le Veerse Meer. La Zélande est devenue une province de sports nautiques par excellence. La province avait, et a toujours, de nombreuses possibilités pour les autres sportifs : le golf dans les zones de dunes, le cyclisme sur les digues, les routes et les pistes cyclables, les sports de plage et le marathon annuel de la côte ont tous contribué à faire redécouvrir le littoral zélandais.

Marathon côtier sur la plage d'Oostkapelle (Banque d'images Province de la Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Eddy Westveer).

Marathon côtier sur la plage d’Oostkapelle (Banque d’images Province de la Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Eddy Westveer).

Même maintenant, la nature attire

Tout comme les gens aisés du XVIIe siècle, les personnes aiment aujourd’hui se rendre dans la nature. La Zélande possède de nombreuses zones naturelles caractéristiques, comme le Zwin et le Land de Saeftinghe dans la Zeeuws-Vlaanderen, Oranjezon sur Walcheren, la zone de dunes près de Westenschouwen, les Slikken van de Heen près de Sint-Philipsland et les digues à fleurs du Beveland méridional. Dans les zones nouvellement développées telles que Waterdunen, le renforcement des côtes, la nature et le tourisme se rejoignent d’une manière nouvelle.

Stories

Ontdek de andere erfgoedlijnen