Icon

Une nouvelle Zélande

L'entrepreneuriat moderne dans un paysage en mutation

Les Zélandais sont innovants. Toujours à la recherche de nouvelles sources de prospérité et de bien-être. Les canaux, les chemins de fer et l'industrie donnèrent un tout nouveau visage à certaines parties de la province. La configuration du paysage s'en trouva modifiée. L'objectivité et la politique de bien-être dominèrent la Zélande dans la seconde moitié du vingtième siècle.

Canaux et lignes ferroviaires

Mais en réalité, le progrès fut le mot magique pendant bien plus longtemps. Au XIXe siècle, le gouvernement investit massivement dans la construction de canaux et de lignes de chemin de fer afin de promouvoir la prospérité de la province. Au cours de cette période, de grands travaux furent ainsi réalisés : le canal de Gand à Terneuzen, le canal du Beveland méridional, le canal de Walcheren et le chemin de fer reliant la Zélande centrale au Brabant septentrional. Des lignes de tramway de raccordement furent également ajoutées. On peut encore trouver des traces de ces trams. L’ancienne station de tramway, d’une hauteur impressionnante, située sur la Burghseweg à Burgh-Haamstede, est aujourd’hui un immeuble d’habitation. Il existe également de nombreux villages où le tram n’est plus utilisé depuis des décennies, mais où l’on trouve encore une rue du tram (Dombourg et Koudekerke, par exemple). Aimeriez-vous faire une promenade en train à l’ancienne ? Vous pouvez le faire avec le train à vapeur Goes-Borsele. Leurs trains à vapeur vous font traverser le paysage du Beveland méridional.

Les fabriques

L’industrie transforma radicalement le panorama zélandais. Le chantier naval De Schelde était établi à Vlissingen. Une grande partie du centre-ville se transforma en conséquence en zone industrielle ; l’ancien centre de Vlissingen se termine encore visiblement de manière abrupte. Sur le site où se trouvait De Schelde, des bâtiments tels que la Timmerfabriek, la Machinefabriek, la Zware Plaatwerkerij et une grue à tour sont encore présents ; le Musée De Scheldewerf fut créé dans l’ancienne « verbandkamer ».

Grâce aux liaisons entre la Belgique et l’Escaut (« Schelde »), la Flandre zélandaise devint un site intéressant pour les usines françaises et belges. L’industrie alimentaire et finalement l’industrie lourde s’installèrent le long du canal Gand-Terneuzen : une usine de phosphate (Sas de Gand) et une cokerie et une usine d’engrais (Sluiskil). Les deux villages se développèrent en véritables villages industriels. Le Musée industriel de Zélande (situé dans une ancienne sucrerie magnifiquement conservée à Sas van Gent) raconte l’histoire du développement industriel de la Zélande. Vous pouvez également voir ici le générateur de vapeur de l’ancienne cokerie en action.

Château d'eau à Oostburg (Banque d'images de la Zélande, image beeldbank.zeeland.nl, photo Felice Buonadonna).

Château d’eau à Oostburg (Banque d’images de la Zélande, image beeldbank.zeeland.nl, photo Felice Buonadonna).

Industrie et artisanat agricoles

Des industries liées à l’agriculture, telles que les laiteries, les sucreries et l’industrie du lin, s’installèrent dans les campagnes à partir de la fin du XIXe siècle. Le commerce des produits agricoles fut également synonyme d’activité : des ventes aux enchères de fruits et des sociétés coopératives d’achat avec entrepôts et silos virent le jour, par exemple. Des services publics furent également construits. Les châteaux d’eau sont des témoins frappants de cette époque. À Axel, vous pouvez escalader l’un des plus hauts châteaux d’eau des Pays-Bas pendant la saison touristique. Une passerelle vous permet de voir le réservoir d’eau de 300 m³.

Nouvel aménagement

La Seconde Guerre mondiale et les inondations catastrophiques de 1953 causèrent des dégâts importants. La Zélande fit l’objet d’une révision extrêmement poussée pour sa relance. La province prit un tout nouvel élan ! Près des deux tiers des terres agricoles de la Zélande furent réorganisées et le remembrement des terres effectué. Les parcelles de terres agricoles et les fermes furent également agrandies. De nombreux traits caractéristiques de la Zélande ont disparu en conséquence, même si, par exemple, le Zak du Beveland méridional conserva son caractère à petite échelle.

Des travaux d’ingénierie hydraulique de grande envergure furent également réalisés à cette époque. Les travaux du plan Delta en Zélande furent terminés après l’achèvement de l’exploit technique du barrage de l’Escaut oriental. Les barrages enfermèrent des ports de pêche. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet sur Strijd tegen het water (Maîtrise des eaux aux Pays-Bas).

Ports maritimes et zones industrielles

La Zélande connut une industrialisation à grande échelle à la même époque. Grâce au soutien des pouvoirs publics, Terneuzen et Vlissingen devinrent de grands ports maritimes et des zones industrielles. Cela conduisit à une augmentation significative de la navigation maritime. Des navires de mer géants se faufilent aujourd’hui dans le canal de l’Escaut occidental. Un spectacle de premier ordre. Aux écluses de mer situées à la périphérie de Terneuzen (le Portaal van Vlaanderen), vous avez une vue parfaite sur les gigantesques navires. De là, vous pouvez également faire des voyages aller-retour sur le canal de Gand à Terneuzen. North Sea Port organise également des excursions en bateau dans le port de Vlissingen.

Écluses près de Terneuzen (Banque d'images de la Province de Zélande, image beeldbank.zeeland.nl, photo Photographics).

Écluses près de Terneuzen (Banque d’images de la Province de Zélande, image beeldbank.zeeland.nl, photo Photographics).

Les industries de la construction navale, de la métallurgie et de la chimie se concentraient dans les ports maritimes. La centrale nucléaire de Borssele fut construite pour fournir à ces entreprises de grandes quantités d’énergie à bas prix. Une installation de stockage des déchets radioactifs y fut également construite dans les années qui suivirent. Pour la première fois, l’industrie commença à apporter une contribution substantielle à l’économie de la Zélande et la province réussit à se faire connaître dans le monde entier.

Le vent tourna dans les années 1980. Des secteurs entiers étaient en difficulté. Le gouvernement, l’éducation et le monde des affaires unirent leurs forces dans de nouvelles initiatives afin de relancer la croissance de l’économie régionale. La durabilité devint un fer de lance ; la bio-base, le mot magique. Les secteurs innovants étaient liés aux secteurs d’activité traditionnels : l’agroalimentaire et l’aquaculture. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet dans Salé et sucré.

Des barrages, des ponts et un tunnel

Les barrages construits dans le cadre des travaux du plan Delta reliaient les îles par la route. Le barrage de Krabbenkreek reliait Tholen et Sint-Philipsland. En 1965, le pont de Zélande relia Schouwen-Duiveland et le Beveland septentrional. Toutes ces liaisons se sont faites au détriment des services de ferry, mais elles permirent aux Zélandais de visiter plus facilement d’autres îles, par exemple lors d’une promenade en voiture le dimanche après-midi. La dernière étape fut l’ouverture en 2003 du tunnel Westerschelde entre le Beveland méridional et la Flandre zélandaise, le plus long tunnel de circulation des Pays-Bas. Grâce à l’innovation et à l’esprit de décision, toutes les parties de la Zélande furent enfin véritablement connectées.

Stories

Ontdek de andere erfgoedlijnen