Icon

Zélande puissante

Champs de bataille dans le delta

Le peuple zélandais a été témoin de nombreuses occupations, guerres et luttes. Le delta de l'Escaut (Schelde) revêt une importance stratégique sans compter que la Zélande est également une zone frontalière. Tout cela contribue à créer une zone très recherchée et donc très disputée.

Les premières défenses

Les premières défenses militaires furent érigées en Zélande il y a plusieurs siècles de cela. Déjà à l’époque romaine un castellum fut édifié à Aardenburg pour répondre aux envahisseurs venus de la mer. Le musée d’Aardenburg présente de nombreuses informations à ce sujet. Vous pouvez y découvrir ce qu’était la vie quotidienne dans l’Aerdenburg romain. Les fondations de la porte principale du castellum ont été reconstruites dans la Burchtstraat.

La fin du neuvième siècle voit la construction de remparts en terre, de forme circulaire, en divers endroits de la Zélande. Cela avait aussi à voir avec le danger venant de la mer : les Vikings. Ils étaient situés près de Oostburg, Domburg, Oost-Souburg, Middelburg et Burgh. Vous trouverez des reconstitutions de taille impressionnante de ces forteresses circulaires du IXe siècle à Oost-Souburg et à Burgh.

Les châteaux à mottes et en pierre

Les seigneurs zélandais défendaient leur territoire avec un château à motte, un monticule de terre surmonté d’une tour en bois ou en brique. Les monticules restants ont été appelés plus tard « vliedbergen », car on pense qu’ils servaient de refuge lors des grandes marées.

La plupart des mottes existantes se trouvent sur l’île de Walcheren et le Beveland méridional. Le Duivelsberg près de Kapelle est situé dans un parc et accessible. Dans le jardin paysager du musée Terra Maris, près d’Oostkapelle, se trouve la reconstitution d’un château à motte et à tours. Pendant les mois d’été, des événements médiévaux destinés aux enfants y sont régulièrement organisés.

C’est à partir du XIVe siècle que des châteaux en pierre (brique) furent construits en Zélande. Il n’en reste que quelques-uns. Vous pouvez encore trouver Slot Haamstede et Slot Moermond à Schouwen-Duiveland et Ter Hooge et Westhove à Walcheren. Ce dernier bâtiment est proche de Terra Maris et vous pouvez y passer la nuit : il est en effet utilisé en tant qu’auberge.

Les fortifications et la guerre de Quatre-Vingts Ans

Parce que les murs des villes avaient également perdu leur utilité, les villes zélandaises leur dirent adieu à partir de la fin du XVIe siècle. Celles-ci s’entourèrent de fortifications modernes en terre, en forme d’étoile. Ces dernières se trouvent encore (partiellement) à Tholen, Sluis, Middelburg, Veere, Goes, Brouwershaven et Hulst. Les fortifications de la dernière ville sont sans doute les mieux conservées et vous pouvez y faire de très belles promenades.

La fortification moderne des villes et la fondation de forts et de lignes ont reçu un énorme coup de pouce de la Révolte contre l’Espagne en 1560. Pas moins de 450 ouvrages militaires de cette époque ont été conservés en Zeeuws-Vlaanderen et en Flandre (des petits retranchements aux villes fortifiées complètes). Ensemble, elles constituent les Lignes de l’État Espagnol. Un certain nombre de forts ou de retranchements des Lignes de l’État Espagnol ont été magnifiquement restaurés, comme le fort Berchem près de Retranchement. Certaines parties des lignes peuvent être visitées, comme la Liniedijk à l’est de Hulst.

Une tactique fréquemment utilisée au cours de la guerre de Quatre-Vingts Ans était l’inondation. La quasi-totalité de la Zeeuws-Vlaanderen fut inondée entre 1583 et 1604. La guerre de Quatre-Vingts Ans se déroula également sur l’eau. La série de tapisseries mondialement connue du Zeeuws Museum en est un rappel. Les héros de la mer ne manquent pas en Zélande. Vlissingen a non seulement produit le capitaine de flotte Michiel de Ruyter, mais a également été le berceau de genres tels que Evertsen et Banckert.

Statue de Michiel de Ruyter à Vlissingen (Banque d'images de la province de la Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Ben Biondina).

Statue de Michiel de Ruyter à Vlissingen (Banque d’images de la province de la Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Ben Biondina).

La zone frontalière

L’Escaut occidental (Westerschelde) était d’une grande importance tactique. C’est pourquoi elle a été défendue intensivement au cours des siècles. Le fort Rammekens (la plus ancienne forteresse maritime d’Europe occidentale) et le fort Ellewoutsdijk, un peu plus jeune, devaient tous deux contrôler le trafic maritime sur l’Escaut occidental. Les deux forts peuvent être visités. Rammekens est situé au milieu d’une réserve naturelle, plus éloigné de l’eau que lors de sa construction, en raison de l’élévation des digues. La défense côtière est devenue plus importante que le contrôle de la voie navigable depuis la forteresse.

La Seconde Guerre mondiale et le mur de l’Atlantique

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les occupants allemands construisirent avec diligence le mur de l’Atlantique, qui allait de la Norvège à la frontière espagnole. La Zélande reçut un grand nombre de bunkers. Vlissingen devint une forteresse à part entière. Il existe une route des bunkers le long de plusieurs bunkers entre Groot-Abeele et Vlissingen. La ville possède également un musée bunker. Des quelques mille bunkers construits sur Schouwen-Duiveland, il en reste encore quelques centaines. Le plus connu, le vleugelbunker, peut être visité dans les bois de Burgh-Haamstede. Pour la majeure partie de la Zélande, la guerre se termina en novembre 1944, après la grande bataille de l’Escaut et une inondation désastreuse de Walcheren. Vous pouvez tout apprendre à ce sujet au Musée de la libération de la Zélande, le Bevrijdingsmuseum Zeeland.

Bunker du mur de l'Atlantique près de Koudekerke (Banque d'images de la province de la Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Ben Biondina).

Bunker du mur de l’Atlantique près de Koudekerke (Banque d’images de la province de la Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Ben Biondina).

La guerre froide

La guerre froide se profila à l’horizon peu après la libération. Cette dernière laissa également des traces. Il existe encore des tours de guet aérien à Nieuw-Namen, Koewacht et Eede. La crainte d’une attaque nucléaire conduisit à la construction d’abris souterrains. L’un d’eux se trouve dans le parking en sous-sol du Groene Woud à Middelburg, un autre sous l’ancienne caserne de pompiers du Looierssingel à Middelburg. Vous pouvez leur rendre visite lors de la Journée portes ouvertes des monuments.

Stories

Ontdek de andere erfgoedlijnen