Icon

Granges noires et chevaux robustes

Vivre et travailler à la campagne

Sur le sol argileux et fertile de la Zélande, la vie quotidienne était rythmée par l'agriculture. Des moutons sur les marais salants au blé de Zélande récolté à la force des chevaux. La terre zélandaise était un bon terrain de culture et on en a fait un usage optimal.

L’ancien usage des sols

La fin de l’âge de pierre marque le début de la culture de la terre et de l’élevage du bétail en Zélande. Ils vivaient ensemble dans un même endroit, contrairement aux chasseurs et cueilleurs qui les précédaient et qui se déplaçaient en petits groupes. Vestiges d’un tel établissement préhistorique découverts près de Haamstede.

Durant l’époque romaine, on y élevait du bétail et on y cultivait du lin. Les Romains exploitaient également le sel de la tourbe. Suite à la domination romaine, la population s’éloigna de la Zélande. En revenant y vivre au début du Moyen Âge, les habitants y élevèrent des moutons sur les schorres et cultivèrent des céréales et d’autres cultures sur les terres plus élevées. L’extraction de sel et de tourbe était également importante. Avec l’arrivée de nouvelles villes, l’agriculture devint plus commerciale. Les villes devaient être approvisionnées en nourriture, mais aussi en matières premières pour l’industrie, comme le lin.

Un sol fertile

Au XVIe siècle, les agriculteurs travaillaient la terre d’une manière progressiste pour l’époque. De plus, le sol argileux des jeunes polders, à nouveau endigués suite aux ondes de tempête, était très fertile. Les habitants se sont d’abord tournés vers les céréales, mais lorsque les revenus de celles-ci diminuèrent, la Zélande se spécialisa (en tout cas à Tholen et Schouwen-Duiveland) dans la culture de la garance. Dans les fours maîtres, une teinture rouge était extraite des racines de garance et utilisée pour colorer les textiles. La Zélande a longtemps été le plus important producteur de garance d’Europe occidentale. La culture à grande échelle des céréales et de la garance conduisit à la création de grandes exploitations agricoles. Cela nécessitait un nouveau modèle de ferme avec des granges séparées et de grande taille. La grange noire, à flanc de coteau, souvent avec un contour blanc pour que le fermier ou le domestique puisse s’orienter la nuit, est devenue caractéristique de la Zélande.

Ferme Land- en Zeezicht dans le Kamperland (Banque d'images de la province de la Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Ben Biondina).

Ferme Land- en Zeezicht dans le Kamperland (Banque d’images de la province de la Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Ben Biondina).

Vous pouvez voir à travers toute la province des fermes monumentales, comme la ferme Huys Vermuyden à Tholen, datant du XVIIe siècle, avec sa grange en pierre, Hofstede Veldzicht près de Wolphaartsdijk avec sa grange noire caractéristique, Hoeve Van der Meulen près de ‘s-Heer Abtskerke avec une cour de ferme authentique et la ferme Land- en Zeezicht du XIXe siècle à Kamperland.

Le paysage

Le paysage de champs et de prairies était caractéristique de la campagne. À Walcheren, des haies d’aubépine marquaient la séparation des parcelles jusqu’à ce que le paysage soit détruit par l’inondation de 1944. Sur Schouwen, les parcelles étaient plantées d’aulnes coupés à hauteur de genou (aulne mètre). Sur le Kop van Schouwen, on trouve encore des aulnaies, par exemple entre le Kraaijensteinweg et le Lage Weg à Westenschouwen.

La culture en milieu rural

Au dix-neuvième siècle, la Zélande était une province agricole affirmée. Les fermiers affichaient fièrement leur fortune. Leur richesse était visible dans leurs fermes, leurs attelages de chevaux et de chariots, mais aussi dans leurs vêtements et leurs bijoux. Les costumes régionaux connurent un bel essor. Vous trouverez des présentations sur la vie à la ferme et les costumes régionaux au Zeeuws Museum de Middelburg, au Museum Veere, au Museumboerderij Goemanszorg de Dreischor, à Het Warenhuis d’Axel, au Historisch Museum De Bevelanden de Goes et au Streekmuseum De Meestoof de Sint-Annaland.

Les chevaux de trait, qui sont aujourd’hui considérés comme des icônes de la campagne zélandaise, ont également été élevés à cette époque. Ils étaient parfaitement adaptés au travail sur les sols argileux lourds. En dehors du travail, ils étaient utilisés pour les sports et les jeux, comme la conduite de l’anneau de Walcheren. Dans la tradition straô de l’île de Schouwen, les cavaliers se rendent en procession à la mer après l’hiver pour rincer les jambes de leurs chevaux dans le ressac. Ces traditions et d’autres, comme le tir au geai et les boules flamandes, sont maintenues actives encore aujourd’hui.

Activité

L’activité agricole a également attiré d’autres activités. Des tailleurs et cordonniers aux coupeurs de manches pour « paeremessen ». Les sociétés artisanales avaient leur propre atelier dans les villages et, dans le cas des maréchaux-ferrants, un « travalje » (construction pour y attacher un cheval) caractéristique devant la porte. On peut encore les voir au centre d’une quarantaine de villages (par exemple Kerkwerve et Noordgouwe). Chaque village avait également son propre moulin où le grain était moulu. De nombreux moulins zélandais sont encore en activité. Vous pouvez les visiter lorsqu’ils sont en activité et souvent y acheter de la farine et des produits locaux. Certains de ces moulins ont aujourd’hui une fonction touristique. Par exemple, une aire de jeux pour enfants a vu le jour autour du Jonge Johannes près de Serooskerke et le Graanhalm près de Burgh-Haamstede est une crêperie.

Moulin à Aagtekerke (Banque d'images de la province de la Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Ben Biondina).

Moulin à Aagtekerke (Banque d’images de la province de la Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Ben Biondina).

Travail et machines

Dans une grande partie de la Zélande, de riches fermiers étaient à la tête de grandes exploitations. Les ouvriers agricoles y travaillaient pour trois fois rien. Un nombre limité d’entre eux ont réussi à acquérir leur propre ferme au fil du temps. Le XXe siècle voit les tracteurs et autres machines remplacer à grande échelle les ouvriers agricoles et les chevaux. L’accent a été mis sur la culture des pommes de terre, des oignons et des betteraves à sucre, et la culture des fruits a également été développée. Aujourd’hui, la culture saline prend également une place de plus en plus importante dans l’agriculture zélandaise.

Stories

Ontdek de andere erfgoedlijnen