Les travaux Delta : sécurité et loisirs

verhaal Zeeuwse Ankers

Une chose est claire après la catastrophe des inondations de 1953. Les défenses côtières avaient laissé beaucoup à désirer pendant bien trop longtemps et cela devait changer. Le plan Delta fut élaboré pour faire en sorte qu’une catastrophe d’une telle ampleur ne puisse plus jamais se reproduire.

Comment cela avait pu mal tourner

Il n’y avait pas qu’une seule raison pour le mauvais état des digues. Des travaux d’entretien auraient dû avoir lieu depuis longtemps. Les gouvernements avaient réduit l’entretien des digues en raison de la Première Guerre mondiale et de la crise économique des années 30. En outre, la gestion des digues était particulièrement fragmentée. Bien que le gouvernement ait publié des rapports sur la situation dangereuse, les administrateurs n’étaient pas au courant. Par-dessus tout, les gens s’imaginaient qu’ils étaient en sécurité. Il n’y avait pas eu d’inondation depuis longtemps (à l’exception des inondations causées par les hommes).

Après l’inondation de 1953

Après la catastrophe, il a fallu un certain temps avant que les réparations de la digue ne commencent. Au même moment, des efforts avaient été déployés pour éviter une nouvelle catastrophe. Les gens n’avaient que trop bien compris que la sécurité des personnes, des animaux et des terres devait être radicalement améliorée. La Commission du Delta fut mise en place dès février 1953. S’appuyant sur des idées et des propositions déjà formulées avant 1953, le comité élabora un plan visant à renforcer les digues (elles devaient être rehaussées à la hauteur du Delta) et à fermer partiellement les estuaires du delta de la Zélande et de la Hollande méridionale. La mise en œuvre du plan Delta commença en 1954 et fut réalisée par le Service Delta.

Zandkreekdam, 2008 (Banque d'images Rijkswaterstaat, photo Joop van Houdt). Ce barrage relie le Beveland Nord et Sud et ferme le Veerse Meer du côté est.

Zandkreekdam, 2008 (Banque d’images Rijkswaterstaat, photo Joop van Houdt). Ce barrage relie le Beveland Nord et Sud et ferme le Veerse Meer du côté est.

Les ouvrages hydrauliques

Plusieurs ouvrages hydrauliques furent réalisés dans les années qui suivirent. Ces Travaux du plan Delta s’appellent :

Barrage anti-tempête Hollandse IJssel (1954-1958)
Travaux de Volkerak (Hellegatsdam avec Hellegatsplein, Volkerakdam et pont Haringvliet, 1955-1977)
Haringvlietdam (1956-1972)
Zandkreekdam (1957-1960)
Veerse Gatdam (1958-1961)
Grevelingendam (1958-1965)
Brouwersdam (1963-1972)
l’Oosterscheldekering (1967-1986)

Construction du Grevelingendam, 1958 (Banque d'images Rijkswaterstaat). Un téléphérique fut employé pour la construction du barrage.

Construction du Grevelingendam, 1958 (Banque d’images Rijkswaterstaat). Un téléphérique fut employé pour la construction du barrage.

Le barrage anti-tempête

Le plan initial prévoyait un barrage fermant complètement l’Escaut oriental à la mer du Nord à l’endroit où se trouve aujourd’hui le barrage anti-tempête dans l’Escaut oriental. Cette solution aurait mis fin à une réserve naturelle unique et à l’industrie des moules et des huîtres. Les plans furent modifiés et un barrage à glissières fut construit au lieu d’une digue suite à de nombreuses protestations. Les glissières ne sont fermées que dans des conditions météorologiques extrêmes et lorsque le niveau de l’eau est particulièrement élevé. Pour que la marée dans l’estuaire conserve suffisamment de puissance, des barrages et des écluses supplémentaires furent également construits, principalement sur le côté est de l’Escaut oriental : le barrage Philip, le barrage Oyster, Markiezaatskade et Bathse Spuikanaal et Spuisluis.

Le delta touristique

La construction des Travaux du plan Delta n’a pas seulement amélioré la sécurité dans la région du delta, elle a également créé davantage de possibilités de loisirs. Bien que l’Oosterscheldekering (le Barrage de l’Escaut oriental) soit le premier ouvrage hydraulique où la conservation de la nature ait joué un rôle crucial, les valeurs naturelles ont également été prises en compte lors de la construction du Brouwersdam : des architectes paysagistes ont participé à la construction afin de rendre l’ensemble aussi attrayant que possible pour les loisirs. C’est aujourd’hui un haut lieu des sports nautiques, vous pouvez louer des bungalows ou vous amarrer à la marina, et un concert nommé Concert at Sea y est organisé chaque année. La construction du Veerse Gatdam créa le Veerse Meer (le lac de Veere). Des réserves naturelles furent créées autour du lac, où il est possible de vous promener (le Schotsman et le Goudplaat) et sur le lac lui-même, vous pouvez parfaitement faire du surf, du wakeboard, du paddle, nager, faire de la plongée et de la voile. Le Veerse Meer est parsemé d’îles vers lesquelles vous pouvez naviguer et vous y amarrer.

Si vous souhaitez découvrir les Travaux du plan Delta dans toute leur splendeur, une piste cyclable longue distance a été aménagée pour vous emmener le long de toutes les œuvres : le Beleefroute Expeditie Delta (en néerlandais).

Sécurité

Les Travaux du plan Delta furent construits pour résister à ce que l’on appelle une super-tempête. En théorie, cela ne se produit qu’une fois tous les 4000 ans. Mais le climat change et le niveau de la mer s’élève. Les Travaux du plan Delta offrent-ils une protection suffisante à long terme ? Et que faut-il pour garder les pieds au sec en Zélande ? Le Watersnoodmuseum envisage les mesures qui pourraient être nécessaires en Zélande et dans le reste du monde.