Les « boterbabbelaars »

verhaal Zeeuwse Ankers

Pendant les mois d’été, cette confiserie est largement disponible sur les marchés historiques et folkloriques. Vous pouvez également y découvrir comment ceux-ci sont fabriqués. L’un des produits régionaux les plus connus de Zélande était encore fabriqué par de nombreuses ménagères au XIXe siècle. Mais ils étaient également vendus en grande quantité par les confiseurs. Le « boterbabbelaar » (ou « babbelaar ») était populaire comme en-cas avec une tasse de café ou de thé. C’est en partie grâce à la production à grande échelle pour le marché par le confiseur de Middelbourg J.B. Diesch que cette friandise est devenue universellement connue.

La boutique Diesch sur le Markt de Middelbourg en 1974, avec une jeune femme habillée d'un vieux costume de Walcheren (ZB, Banque d'images de la Zélande, photo J. Simonse).

La boutique Diesch sur le Markt de Middelbourg en 1974, avec une jeune femme habillée d’un vieux costume de Walcheren (ZB, Banque d’images de la Zélande, photo J. Simonse).

Les babbelaars sont des bonbons. Ceux-ci étaient vendus dans les magasins ou fabriqués par les ménagères elles-mêmes au XIXe siècle. Il y avait de véritables spécialistes du métier, qui ajoutaient, par exemple, du cacao ou de la cannelle pour leur donner une saveur propre. Les babbelaars étaient également vendus dans les magasins des villes, souvent en combinaison avec des gâteaux et des pâtisseries. Au début du dix-neuvième siècle, il y avait (comme nous pouvons le constater dans les journaux de l’époque) encore des babbelaars de toutes formes et de toutes tailles : babbelaars de Gouda, Leiden et Zélande, babbelaars au citron, au beurre, au chocolat et à la vanille, babbelaars jaunes et noires.

La préparation

La préparation de base des boterbabbelaars est la suivante. Le beurre, le sucre, l’eau et le vinaigre sont mélangés dans une casserole et portés à ébullition. Le mélange est versé sur une plaque de cuisson ou une autre surface dure (granit) et retourné à plusieurs reprises, replié, retiré à nouveau, jusqu’à ce qu’il ait suffisamment refroidi pour former un cordon. Ce brin est ensuite coupé en petits cubes, pouvant être consommés une fois qu’ils ont refroidi. Les boterbabbelaars étaient autrefois servis avec la deuxième tasse de café ou de thé lors des visites.

Assortiment de boterbabbelaars de Zélande (Banque d'images de la Province de Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Felice Buonadonna).

Assortiment de boterbabbelaars de Zélande (Banque d’images de la Province de Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Felice Buonadonna).

Un produit local

Le boterbabbelaar est devenu l’un des produits régionaux les plus connus de Zélande. Cela est dû en partie à la production à grande échelle pour le marché par le confiseur de Middelburg Johannes Bernardus Diesch. Diesch s’établit en 1892 sur le Lange Burg (aujourd’hui Nieuwe Burg) à Middelburg. Il se spécialisa dans la fabrication de boterbabbelaars. Au début des années 1920, ce dernier commercialisa les babbelaars dans les célèbres boîtes bleues. De nombreux touristes les achetèrent comme souvenirs. L’apparence des boîtes changea au fil du temps, mais les femmes et les enfants vêtus du costume traditionnel de Walcheren et du Beveland méridional continuèrent à prédominer. L’entreprise existe toujours, mais avec un autre propriétaire et, depuis 2011, avec un nouvel emballage.

Démonstration de la cuisson de boterbabbelaars (Banque d'images de la Province de Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Ben Biondina).

Démonstration de la cuisson de boterbabbelaars (Banque d’images de la Province de Zélande, beeldbank.zeeland.nl, photo Ben Biondina).

Le folklore

Des associations locales de costumes et de folklore ont également pris fait et cause pour le babbelaar. Les membres font des démonstrations de la cuisson traditionnelle des babbelaars sur les marchés saisonniers, lors des journées folkloriques et dans d’autres lieux, comme les maisons de soins. Ceux-ci sont habillés en costume traditionnel pour l’occasion.